Photos : Zoo sauvage de Saint-Félicien

Voici un carcajou. Au Québec, on ne retrouve plus cette espèce à l’état sauvage. Préserver les espèces, c’est l’un des rôles que joue le zoo.

 

Un gâteau d’anniversaire pour un ours polaire, ça ressemble à cela ! Des surprises et des petits défis sont essentiels pour que les animaux vivant dans les zoos ne s’ennuient pas. On appelle cela de l’enrichissement du milieu.

 

Les animaux d’un zoo ne peuvent pas retourner dans la nature. Ils sont maintenant habitués à la présence des humains et ne les craignent plus comme le font les animaux sauvages. Imagine un peu si un tigre comme celui-ci s’approchait d’une maison !

 

Les animaux s’habituent à la présence de leurs gardiens mais ils ne sont pas apprivoisés pour autant. Les gardiens gardent toujours une distance avec eux. Ici, les phoques participent à un programme d’entraînement. Cette routine permet au gardien d’inspecter les animaux pour s’assurer qu’ils sont en bonne santé.

 

Les oursons Taïga et Ganuk sont nés au Zoo sauvage de Saint-Félicien. L’ours blanc ne se reproduit pas facilement en captivité. L’événement a donc fait la manchette. À deux ans, Taïga et Ganuk ont quitté leur maman Aisaqvak pour commencer leur vie d’adulte. Dans la nature, c’est aussi à cet âge que les oursons quittent leur mère. Taïga vit maintenant à l’Aquarium de Québec et Ganuk au Zoo de Toronto.

Voici une liste de zoos et aquariums à visiter au Québec.

Articles reliés