Choisis un thème!

Fiche pédagogique de décembre 2017

22 novembre 2017 - Les Explorateurs

boulo abracadabra

Les activités pédagogiques suivantes sont conçues à partir du magazine Les Explorateurs du mois de décembre 2017.

– Un très grand chien (maths)
– Quelle question ! (lecture)
– Des noms communs tout frais ! (français)

 

(Des fiches d’exercices pour les élèves ainsi que les corrigés des activités sont disponibles dans cette version à télécharger).

 

Un très grand chien

Rubrique : Boîte à questions
Page : 9
Titre : 7 faits et questions sur la neige

COMPÉTENCES
Mathématiques : Situer des nombres sur un axe
Mathématiques : Mesurer

BUT
Amener l’élève à situer des nombres sur un axe vertical. Aider l’élève à se représenter les longueurs en centimètres.

MATÉRIEL :
• Magazine Les Explorateurs, p. 9
• Trois mètres en bois
• L’annexe de la fiche d’activité «Un très grand chien»
• Un tableau interactif (facultatif)

DÉROULEMENT
Mise en situation :
• Demander aux élèves de lire la page 9 du magazine Les Explorateurs de décembre 2017.
• Questionner : «Avez-vous remarqué quelque chose d’étrange à la page 9?»
•  Laisser le temps aux élèves de lire (ou relire) et de réagir au texte.
• Affirmer que ce qui est bizarre se trouve dans l’image en haut de la page à gauche. L’activité permettra de le découvrir.

Réalisation :
• Projeter au tableau interactif l’image en annexe.  Si vous n’avez pas la possibilité de projeter, utilisez l’image que les enfants ont dans leur magazine.

En grand groupe

• Demander aux enfants de vous montrer où commence la mesure du 300 cm et où elle se termine (réponse : du sol jusqu’au bout du ruban à mesurer).

•  Demander aux enfants de situer où serait la moitié de la mesure.  Et de vous dire quel nombre est la moitié de 300.  Faire une marque à la mi-hauteur et inscrire 150.

• Faire de même pour 100 cm.

• Demander aux élèves de trouver à quel endroit il y aurait 200 cm.

Individuellement

Individuellement Faire inscrire aux enfants, dans leur magazine, les mesures trouvées en groupe.

Annoncer aux enfants qu’ils devront estimer  la mesure de :
• La souris étonnée
• Le personnage de chien qui tient le ruban à mesurer
• Le panneau d’arrêt derrière le chien
• La hauteur de la pancarte d’arrêt dans les mains de la souris
• La tuque de la souris
• Le gros octogone du panneau d’arrêt (sans le poteau)
• Le poteau du sol jusqu’au panneau d’arrêt
• La hauteur du ruban à mesurer

Inscrire ces mots au tableau pour que les élèves s’en souviennent.

Laisser un temps de travail.

Retour

Recueillez les estimations des élèves.

Indiquez quelles réponses ont du sens en fonction des repères donnés (0 cm, 100 cm, 150 cm, 200 cm, 300 cm).

Par exemple, la mesure de la souris devrait être inférieure à 150 centimètres.

Ensuite, rappeler aux enfants ce qu’est un mètre en présentant un mètre en bois (100 centimètres), puis deux de hauteur (200 centimètres), puis trois si vous le pouvez (300 centimètres).

Faites un retour sur l’introduction : «Trouvez-vous que ces mesures sont bizarres?  Quel grand chien, n’est-ce pas?!  Les dessins des magazines sont tellement amusants! Pourquoi, selon eux, a-t-on mis un panneau d’arrêt dans l’image ? Leur mentionner que ces panneaux font environ 300 cm de hauteur et inviter les élèves à s’attarder à un tel panneau la prochaine fois qu’ils en croiseront un. La hauteur de ce panneau correspond à la quantité de neige tombant sur la ville de Québec pendant tout un hiver. Bien sûr, une partie de cette neige fond de sorte qu’elle ne s’accumule pas.

Réinvestissement :
• Faire une droite numérique horizontale au tableau.  Placer le 0 à gauche et 500 à droite.  Demander aux enfants de venir placer des nombres que vous leur donnez (par exemple, 100, 200, 300, 400, 500, 250, 380, etc.) Refaire l’activité avec différents nombres.
• Pour rester dans le thème de la mesure, demander aux élèves de faire des conversions à partir des nombres de la page 9.
1. Combien de décimètres  y a-t-il dans 300 cm?
2. Combien de mètres y a-t-il dans 300 cm?
3. Combien de décimètres y a-t-il dans 210 cm?
4. Combien de décimètres y a-t-il dans 37 mètres?

 

Quelle question !

Rubrique : J’explore le monde
Page : 15 à 18
Titre : Léonie en Arctique

COMPÉTENCES
Lecture :  Recourir à des stratégies de lecture pour extraire l’information explicite d’un texte.

BUT
• Amener l’élève à mieux comprendre les questions posées afin de répondre adéquatement.
• Permettre aux enfants de s’exercer à extraire l’information explicite d’un texte.

MATÉRIEL :
• Magazine Les Explorateurs , p. 15 à 18, et p. 2 (facultatif)
• Fiche d’activité Quelle question ! (à télécharger)

DÉROULEMENT
Mise en situation :
Sans montrer le magazine, commencer à discuter avec les élèves : « Saviez-vous que les questions renferment des indices pour trouver les réponses ?  Ces indices permettent de répondre correctement aux questions !

Par exemple, si je demande : « Qui fabrique des cadeaux pour Noël?»  Que me répondrez-vous? »

Noter les réponses des élèves au tableau. Probablement qu’ils se nommeront ou nommeront des personnes qu’ils connaissent.

Attirer leur attention sur le fait que pour répondre à la question QUI?, ils peuvent nommer des enfants et des adultes.

Si les élèves ont lu la bande dessinée Hugo et Marjo à la page 2, faire le lien avec le personnage qui fabrique des cadeaux.

Démarrer une grille pour prendre des notes au tableau ou encore, projeter l’annexe et ajouter de l’information ou des exemples avec les élèves.

Faire une brève discussion sur les mots de questions de l’annexe.

Attention!  La question « Comment » est plus compliquée.

« Comment » peut demander d’expliquer quelque chose en une ou plusieurs étapes.  « Comment » peut aussi être accompagné d’autres indices pour préciser la question.  Par exemple, « Comment s’appelle… ».   Une chose est sûre, « Comment » n’est pas « Pourquoi », ni « Combien »,  ni « Quand », ni « Où ».

Réalisation :
• Parcourir les questions avec les élèves.  Prendre le temps de souligner les mots de question pour garder en tête le type de réponse attendue.
•  Demander aux élèves de lire le texte et d’y répondre.
•  Corriger avec eux.
• Faire un retour sur l’utilité de porter attention aux mots de questions.

Réinvestissement :
• Demander aux élèves de formuler des questions à partir d’une autre lecture.  Ils peuvent les écrire sur des cartons et inscrire la réponse au verso.  La bande dessinée à la page 2 et Explo-infos aux pages 4 et 5 s’y prêtent bien.

• Utiliser l’ensemble du magazine pour travailler un mot de question.  Par exemple, tout le monde cherche des questions débutant par «Où?» pour lesquelles la réponse se trouve dans le magazine.  On s’y prend à l’envers parce qu’on doit trouver des lieux et formuler une question ensuite.

• Faire la lecture aux élèves de «Qui quoi qui» ou de «Qui quoi où», deux livres d’Olivier Tallec publiés chez Actes Sud.

• Jouer à la cachette imaginaire en précisant qu’on travaille le «Où?».  Un participant imagine qu’il se cache à un endroit n’importe où sur la planète.  Ensuite, les autres participants lui posent des questions pour découvrir où il se cache.  Il ne répond que par oui ou par non.  Variante : Avoir la possibilité d’être aussi petit qu’on veut.

 

Des noms communs tout frais

Rubrique : Sur la piste
Page : 6 et 7
Titre : Le phoque de Groenland 

COMPÉTENCES
Français : Écrire des textes variés. Améliorer ses connaissances sur les classes de mots.

BUT
• Amener l’élève à repérer des noms communs dans un texte et trouver leur genre et leur nombre.
• Permettre à l’élève de tirer profit du travail en coopération.

MATÉRIEL :
• Magazine Les Explorateurs , p. 6-7
• Fiche de l’élève « Des noms communs tout frais » (à télécharger)

DÉROULEMENT
Mise en situation :
• Démarrer l’activité en rappelant aux élèves que, lorsqu’ils lisent, les noms communs les aident à se faire une image dans leur tête. Ils disent souvent de quoi on parle dans la phrase ou donnent des détails.

• Leur mentionner aussi que, quand ils écrivent, repérer les noms communs et connaître leur genre et leur nombre, permet de bien accorder les autres mots du groupe du nom (déterminant et adjectif).

• Annoncer aux élèves qu’aujourd’hui, ils partent à la recherche des noms communs dans un texte qui parle des phoques du Groenland.

• Rappeler les deux manipulations pour s’assurer qu’on est en présence d’un nom commun. 1. Ajouter un déterminant devant le nom commun. 2. Ajouter un adjectif avant ou après le nom commun.

Réalisation :
Annoncer que les élèves seront à la recherche de tous les noms communs de la rubrique  « Sur la piste » des Explorateurs de décembre 2017. L’activité se déroulera en trois temps.

Premier temps

Former des équipes de deux.

Remettre à chaque élève une fiche Des noms communs tout frais !

Expliquer la procédure que voici : les élèves travaillent côte à côte et recherchent des noms communs dans les bulles de texte. Avant d’écrire un nom commun, ils font les deux manipulations mentionnées ci-haut.  Une fois le nom commun écrit, les élèves inscrivent le genre et le nombre du mot.

Proposer aux élèves que la moitié de la classe travaille en priorité sur les bulles blanches.  L’autre moitié débute par les bulles bleues.  Si certaines équipes ayant commencé par les bulles blanches terminent plus rapidement, ils cherchent dans les bulles bleues ou ailleurs sur la page.

Après une dizaine de minutes, faire un retour sur les manipulations pour savoir si c’est vraiment un nom commun.  Vous inspirer du travail de vos élèves lors du premier temps pour mettre l’accent sur ce qui est plus ardu.

Note : Si c’est difficile pour un grand nombre d’élèves (par exemple, toutes sortes de mots sont sélectionnés autres que des noms communs ou les élèves n’écrivent rien), prévoir un temps d’enseignement et reprendre le premier temps de l’activité en donnant une mission différente à chaque équipe.

Si l’activité se déroule bien, passer à la prochaine étape.

Deuxième temps

Chaque équipe de deux se joint à une autre équipe de deux qui avait une mission différente (les élèves qui commençaient par les bulles bleues se joignent à ceux qui débutaient par les bulles blanches).

Demander aux enfants de se donner un ordre pour parler (premier, deuxième, troisième, quatrième).

Chacun son tour, les enfants disent un mot qu’ils ont choisi comme nom commun.  Avant de l’écrire sur leur feuille, les coéquipiers effectuent les manipulations pour vérifier s’il s’agit bien d’un nom commun. Si un enfant n’est pas d’accord avec le choix de mot, il doit le dire pour aider ses coéquipiers à réfléchir.

Troisième temps
Retour en grand groupe. Présenter deux ou trois noms communs et en faire les manipulations.

Demander aux enfants de vous indiquer si certains mots ont posé problème (mésentente dans l’équipe ou mot plus difficile).

Au besoin, faire un retour en grand groupe sur les pièges :
• Certains noms communs n’ont pas de déterminant dans le texte (blanchon, naissance).
• Certains noms communs peuvent aussi être des adjectifs (les petits).
• Certains noms communs sont séparés de leur déterminant par un adjectif (un gros toutou,  une épaisse couche).

Rappel des manipulations. Mentionner : « Si on les utilise, on évite les pièges ».

Expliquer l’utilité de repérer les noms communs et de connaître leur genre et leur nombre quand on écrit : on fait moins d’erreurs d’accord dans le groupe du nom.

Réinvestissement
• Trouver les déterminants aux pages 6 et 7 du magazine Les Explorateurs.
• Rappeler les stratégies lors de la révision du prochain texte écrit par les élèves.  Demander d’ajouter les flèches qui partent du nom commun vers le déterminant et le ou les adjectifs.
• Proposer aux élèves de partir à la recherche des noms communs individuellement en choisissant la page de leur choix dans le magazine.  Cette activité peut même être utilisée comme enrichissement ou comme activité possible lorsqu’un autre travail est terminé.
• À tour de rôle, lire le texte « Léonie en Arctique » sans prononcer les noms communs.  Quand on se trompe, un autre enfant continue de lire.  Activité amusante nécessitant une bonne maîtrise du concept de nom commun.  L’activité met en évidence l’importance des  noms communs dans les phrases.