Les activités pédagogiques suivantes sont conçues à partir du magazine Explomonde du mois d’octobre 2017.

  • – Inspiration Maroc ! (français)
    – Tisserands d’un jour (mathématiques et arts plastiques)
    – L’animal-mystère (français)

 

(Des fiches d’exercices pour les élèves ainsi que les corrigés des activités sont disponibles dans cette version à télécharger).

 

Inspiration Maroc !

Rubrique : Il était une fois
Page : 23-24-25-32-33-34
Titre : Sidi et le lion. Une légende marocaine.

COMPÉTENCES
Français : Lire des textes variés : Intégrer les informations nouvellement acquises.
Français : Écrire des textes variés : Écrire un court texte dans un contexte ludique

BUT
Amener l’élève à intégrer des connaissances acquises lors de la lecture du magazine dans le contexte d’une activité d’écriture.

Stimuler le goût d’écrire des textes variés.

MATÉRIEL :
• Magazine Les Explorateurs, p. 23-25 et d’autres pages au choix.
• Crayon à mine
• Feuille lignée ou cahier d’écriture

DÉROULEMENT
Notes préalables :
• Cette activité est plus facile à réaliser lorsque les enfants ont eu la chance de lire plusieurs pages du magazine.  C’est une activité intégratrice des connaissances.

• Pour faire l’activité sans prendre beaucoup de temps pour la lecture, proposer aux élèves de lire les pages 4, 5, 32, 33, 34.  Les élèves pourront y puiser de nombreuses informations.

Mise en situation :
• Faire lire au groupe le premier paragraphe de la légende «Sidi et le lion. Une légende marocaine»*.  Expliquer qu’il s’agit de la situation initiale de l’histoire. Dire que ce moment sert à faire sentir au lecteur dans quelle ambiance le personnage se trouve au début de l’histoire.

• Lire le début du deuxième paragraphe. Indiquer qu’il s’agit du problème, appelé aussi l’élément déclencheur.

• Expliquer aux élèves qu’on peut parfois introduire l’élément déclencheur avec «Tout à coup».  Donner ce truc aux élèves : on peut se servir d’un élément qui était déjà dans la situation initiale ou ajouter un élément surprenant ou effrayant, un humain ou un animal dérangeant.

• Au besoin, faire un enseignement sur le schéma narratif. Pour l’activité proposée, les enfants n’ont pas besoin de connaître tous les temps du récit.

Réalisation :
• Annoncer aux élèves qu’ils auront à écrire un début d’histoire. Ils écriront la situation initiale (le premier paragraphe) et l’élément déclencheur (le début du deuxième paragraphe).

• Demander aux élèves d’intégrer au moins cinq éléments liés au Maroc dans leur début d’histoire.

Le plan
•Demander aux enfants de faire le plan de la situation initiale en prenant soin d’inscrire au moins cinq éléments en lien avec le Maroc. Pour ce faire, leur écrire les mots suivants au tableau. Leur demander de répondre aux questions par un ou plusieurs éléments.

  • Quand l’histoire se passe-t-elle ? (le matin, le midi, le soir, la nuit) Il est possible que la réponse à cette question ne soit pas en lien avec le Maroc.
  • est le personnage ? (ville/désert/montagne) Que voit-il autour de lui ?  Que sent-il ?
  • Qui est le personnage ?  Comment est-il ? Avec qui le personnage est-il ?
  • Comment se sent-il ?  Pourquoi ?
•Rappeler aux enfants de se faire une image du début de l’histoire.  Ils peuvent dessiner pour s’aider.
Variante :
•Si l’étape de la recherche d’idées est trop ardue pour plusieurs élèves, mettre en commun les idées avant de passer à l’écriture.
•Demander aux enfants d’écrire leur début d’histoire.
•Leur rappeler qu’ils doivent avoir au moins cinq éléments qui rappellent le Maroc.
•Le problème peut aussi contenir un élément marocain.

Réinvestissement :
En arts plastiques, demander aux élèves d’illustrer leur début d’histoire.  Joindre le texte à l’image.

Chaque élève peut terminer l’écriture de son histoire et en faire un livre.

Prendre un ou deux débuts d’histoire bien réussis et les proposer à toute la classe afin qu’ils trouvent une suite à l’histoire.  Comparer les idées.  Faire une histoire collective.

En art dramatique, se servir des débuts d’histoire des enfants pour faire des sketchs.  Ajouter des personnages au besoin.  Par exemple, au lieu d’un seul personnage dans la situation initiale, il peut être avec son ami(e), son frère, sa sœur, un parent, etc.

 

Tisserands d’un jour

Rubrique : Jouons
Page : 27
Titre : Le parcours des tapis

COMPÉTENCES
Mathématiques : Identifier et construire des figures planes.
Arts plastiques :  Réaliser des créations plastiques personnelles.

BUT
Amener l’élève à comprendre les caractéristiques du losange et utiliser sa construction dans le cadre d’une création plastique personnelle.

MATÉRIEL :
• Magazine Les Explorateurs , p. 27
• Un crayon à mine
• Des ciseaux
• Une règle
• Un carton de format 8 ½ x 11 pouces
• Des pastels gras. Pour de meilleurs résultats, il est suggéré d’enlever certaines couleurs de la boîte pour ne garder  que celles les plus représentées sur les tapis marocain.
• Une feuille rectangulaire,  blanche ou beige 8 ½ x 11 pouces ou plus grande

DÉROULEMENT
Mise en situation :
• Dire aux élèves : « À la page 27, vous pouvez constater que de magnifiques tapis sont faits au Maroc. Ce sont des tisserands qui les confectionnent. Une des figures géométriques qui est souvent représentée dans les tapis est le losange. »
• Demander aux élèves de vous expliquer ce qu’est un losange.  Les questionner : « Qu’est-ce qu’un losange? »
• Prendre les réponses des élèves.
• Informer les élèves des caractéristiques du losange (quatre côtés de la même longueur, les diagonales se croisent perpendiculairement).

Réalisation :
• Annoncer : « Aujourd’hui, vous serez des apprentis tisserands. Vous construirez le plan d’un tapis qui ressemblera un peu aux tapis marocains. Vous devrez utiliser des losanges. »
• Regarder des images de tapis marocains sur Internet. Pour ce faire, utiliser les mots « tapis marocains » dans votre moteur de recherche.  Porter attention à ceux qui intègrent des losanges. Prendre le temps de faire remarquer les couleurs les plus souvent utilisées (bleu, rose, mauve, orange, beige…).

La construction du losange:
Commencer par expliquer aux enfants ce que veut dire perpendiculaire s’ils ne le savent pas déjà.  Ils en auront besoin à l’étape 3.
Faire un exemple au tableau à l’aide de règles de grand format. Expliquer les étapes.

  1. Sur le carton, on trace une ligne droite avec la règle. On choisit une longueur qui nous permet rapidement de calculer la moitié.  Par exemple, une ligne de 8 centimètres de long.
  2. On fait une marque au milieu de la ligne.  Par exemple, un point est tracé à 4 cm.
  3. On trace une autre ligne qui passe par le point et qui est perpendiculaire à la première. Cette ligne doit dépasser de chaque côté et avoir la même longueur de chaque côté. On peut le prévoir d’avance. Par exemple, on trace 3 cm de ligne d’un côté et 3 cm de ligne de l’autre.
  4. On relie avec la règle les quatre extrémités des lignes.
  5. On a un losange ! On le découpe. Il servira de modèle pour tracer des losanges sur le tapis (la grande feuille).
  6. On fait d’autres modèles ou on partage les losanges en équipe.
La frange:
Sur la grande feuille blanche ou beige, demander aux enfants de tracer une ligne à quelques centimètres du bord sur deux côtés de la feuille pour pouvoir faire des franges. Préciser aux enfants qu’ils ne doivent pas mettre de losange dans cet espace.
Il est possible de se simplifier la tâche en utilisant la largeur de la règle : un côté de la règle est placé au bord de la feuille, l’autre côté sert pour tracer.
Le tapis:
Demander aux élèves d’utiliser les losanges créés et d’en tracer les contours au crayon à mine sur la grande feuille.
Note : Les élèves peuvent utiliser les losanges comme ils le souhaitent (en dallage, en ligne, de manière superposée ou d’une façon plus aléatoire).Demander aux élèves d’utiliser des pastels gras pour remplir les losanges et le fond.

Suggestions : Les contours des losanges peuvent être faits en pastels de couleurs différentes de l’intérieur. Les franges peuvent être d’une couleur différente du centre du tapis.
Quand la feuille est entièrement recouverte de pastels, faire découper des franges s’arrêtant à la ligne tracée.
Lorsque les tapis sont terminés, exposer.

Réinvestissement :
Utiliser le meilleur modèle de losange pour en créer de nombreux autres du même format. Demander aux enfants de tracer et découper une grande quantité de losanges de cette dimension sur des cartons de différentes couleurs (6 couleurs maximum). Ensuite, se servir des losanges pour produire des dallages.

En mathématiques, explorer la construction de différentes formes en utilisant le même procédé (tracer les diagonales et joindre les extrémités).

  • Tracer deux lignes droites qui se croisent n’importe où, sans mesurer.  C’est un quadrilatère.
  • Tracer deux lignes égales, perpendiculaires et qui se croisent en leur centre.  C’est un carré.
  • Tracer une ligne de 10 cm. Mettre un point au centre. Tracer une autre ligne  de 10 cm, mais pas perpendiculaire. C’est un rectangle.
  • Tracer une longue ligne. Mettre un point à un autre endroit qu’au centre.  Ajouter une ligne perpendiculaire qui passe par le point. C’est un cerf-volant.

L’animal-mystère

Rubrique : Sur la piste
Page : 8 à 11
Titre : Fascinants animaux

COMPÉTENCES
Français: Lire des textes varié

BUT
Amener l’élève à extraire des éléments explicites d’un texte pour associer les énoncés aux bons animaux.

MATÉRIEL :
• Magazine Explomonde octobre 2017, p. 8 à 11
• Fiche L’animal-mystère (version à télécharger).

DÉROULEMENT
Mise en situation : Demander aux élèves de lire les pages 8 à 11 du magazine Explomonde d’octobre 2017

Réalisation :
• Présenter la fiche L’animal-mystère aux élèves.

• Lire les énoncés avec eux.

• Leur demander de compléter les trois parties importantes du travail :

  1. Associer les énoncés et les animaux.
  2. Trouver l’animal pour lequel il n’y a aucun énoncé.
  3. Produire des énoncés à l’aide des pages 8 à 11.

Réinvestissements :
• Faire un jeu de devinettes basé sur la mémoire. Écrire les noms des animaux des pages 8 à 11  au tableau. Les élèves se placent deux par deux. Un des deux utilise le magazine pour donner  un indice à son partenaire. Le partenaire tente une réponse.  S’il ne réussit pas, il peut avoir  un autre indice.  Ensuite, on change les rôles.

• Proposer aux élèves de créer une fiche de travail semblable à celle de l’activité, mais en mathématiques. La fiche pourrait s’appeler « Le nombre-mystère ». D’un côté, on met une opération mathématique et de l’autre, la réponse. Il s’agit de trouver quelle réponse n’a pas son équation.  L’enseignant peut préciser des contraintes concernant les opérations mathématiques à utiliser.

Articles reliés